Assurance : comment développer une infrastructure informatique agile?

Les assureurs ont toujours dû relever le défi d’apporter des produits et des solutions rapidement sur le marché et tout cela à moindre coût. Les challenges ne manquent pas : de nouvelles attentes de leurs fournisseurs et de leurs clients ; de nouveaux acteurs qui bouleversent le champ concurrentiel, de  nouvelles réglementations. Sans oublier le climat financier actuel.

Les assureurs ont relevé chacun de ces défis hauts la main, tout en offrant de nouveaux produits et de nouvelles façons d’interagir avec leurs clients, et en faisant évoluer leurs processus en fonction des nouvelles exigences. Cependant, quelques signaux d’alerte doivent retenir notre attention alors que les assureurs constatent de plus en plus que chacune de ces solutions implique l’ajout de quelque chose de nouveau, encombrant leur infrastructure avec les derniers systèmes, applications et intégrations.

Les assureurs souffrent déjà de paysages informatiques hétérogènes et complexes et beaucoup sont en proie à de grands programmes coûteux, pourtant conçus pour simplifier et réduire ces mêmes coûts… Les défis d’aujourd’hui sont un peu plus spécifiques que ceux d’hier : comment un assureur peut-il accroître son agilité, accélérer la mise sur le marché et la flexibilité de ses produits, tout en maintenant des coûts de soutien et de maintenance gérables ?

Les assureurs sont chaque jour plus conscients des avantages que présente une approche en mode Software as a Service (SaaS) pour certaines parties de leur paysage informatique. La promesse d’être opérationnel sur une solution prête à l’emploi peut être très attrayante pour les activités qui ne différencient pas l’assureur ou sont bien comprises. Bien que ces solutions continuent d’être additionnelles, elles n’augmentent pas la charge de l’équipe d’infrastructure informatique au-delà d’un exercice normal. Cependant, bon nombre des domaines qui ont besoin de la plus grande vitesse disponible sur le marché permettent de se différencier et nécessitent une personnalisation. Mais alors, comment les assureurs peuvent y parvenir sans accroître la complexité de leur système?

La réponse est-elle dans le cloud ?

Nombreux ont été les débats sur le cloud et la manière dont celui-ci a changé la façon dont les start-up et les entreprises s’occupent de leur infrastructure informatique. Les assureurs travaillent dans un environnement fortement réglementé et hésitent à juste titre à sauter le pas pour se lancer dans la dernière technologie à la mode qui promet de résoudre leurs problèmes. Cependant, rejeter les développements dans le cloud et les propositions SaaS en bloc pour leurs opérations de base peut revenir à jeter le bébé avec l’eau du bain, avec éventuellement la baignoire tout entière par la même occasion.

Quand vient le moment de penser l’infrastructure informatique dans le monde de l’assurance, il est utile de prendre en considération une pensée ou une approche basée sur le cloud pour la résolution de problèmes. La simplification, la standardisation et, surtout, l’automatisation des activités avec l’infrastructure informatique sont essentielles à l’activation du cloud. Une fois que les activités communes à traiter sont automatisées, les membres de l’équipe les plus coûteux libèrent du temps de travail qu’ils vont pouvoir dédier à la résolution d’autres problèmes. Grâce à l’automatisation, on peut continuer à ajouter de nouvelles applications et solutions au paysage informatique avec un impact plus faible sur les coûts de support et de maintenance, permettant ainsi aux assureurs de rester souples, agiles et de gérer leurs coûts.

Il est temps pour le département informatique de regarder en interne et d’appliquer cette même automatisation et efficacité au sein de leurs propres opérations. Indépendamment de la position d’un assureur sur le cloud, il est utile d’appliquer la pensée du cloud au reste des éléments. C’est une manière de se rendre compte à quel point l’automatisation et la simplification peuvent accroître la prévisibilité, la souplesse et la qualité des opérations informatiques. Lorsque cela est possible, le mieux étant de tirer des enseignements de cela et de les appliquer au reste en plaçant certains services vers le nuage.

Dans la pratique, cette approche ne consiste pas seulement à simplifier le paysage informatique et déplacer le tout vers un mode “cloud” de faire les choses. La réalité est plus complexe et il faut en fait accepter que  l’industrie de l’assurance a besoin de complexité, de flexibilité et cherche à permettre une approche rapide et rentable pour la livraison de ses produits et services.


Auteur: Craig Beattie

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: