La gestion de projets a beaucoup à apprendre de la NASA

Si je vous parle de la NASA, vous pensez sûrement aux premiers pas de l’homme sur la Lune ou aux fantastiques avancées que cette institution a apporté à l’humanité grâce aux technologies développées pour les programmes spatiaux des dernières décennies (comme par exemple la LED, le pneu radial, les prothèses  orthopédiques ou les vêtements ignifugés).

Mais s’il y a une grande avancée de la NASA que vous ne connaissez sans doute pas, c’est l’amélioration de la gestion de programmes et de projets.

La NASA a toujours été un leader mondial dans ce domaine.

Les preuves de ces prouesses font les grandes heures de l’industrie hollywoodienne qui est revenue sur le sujet dans de nombreux films :

Apollo 13 : « L’échec n’est pas une option ! »

Apollo 13 : Résoudre la quadrature du cercle

Ces importantes avancées ne nous ont pas seulement permis d’aller sur la Lune mais également de sauver des vies (et de revenir sur la terre ferme au passage).

Le système de gestion de programmes 4-D a fait son apparition à la NASA lorsque l’agence faisait des réparations sur le télescope Hubble. Ils se sont alors rendu compte que grand nombre des problèmes rencontrés trouvaient leur origine dans des défaillances au niveau de la gestion et non pas dans la technologie en soi. Cela a été également le cas avec l’incident du lancement de la navette Challenger, tout ça parce qu’une petite pièce mécanique (joint torique, « O-ring » en anglais) avait été mal choisie lors de la conception et n’a pas réagi comme prévu aux conditions thermiques ce jour-là. Richard Feynman est devenu célèbre en démontrant les conséquences de l’erreur humaine dans cet accident qui a couté la vie à sept astronautes en 1986, seulement 73 secondes après le décollage de l’appareil.

En réponse à cela. Charles Pellerin a créé une nouvelle méthodologie centrée non pas sur l’individu, mais sur ses interactions et sa manière de se comporter avec les autres. C’est le fait de prendre en compte l’évaluation par les paires qui a permis au système 4-D de se démarquer d’autres méthodologies comme Myers-Briggs ou LSI par exemple.

Le système 4-D étudie les compétences suivantes :

  • Prendre des responsabilités
  • Inspirer la confiance
  • Défier le client
  • Savoir sensibiliser
  • Communiquer de manière directe
  • Avoir une bonne écoute

Si ces compétences sont indispensables à la réussite de vos équipes, je vous encourage à vous documenter sur cette méthodologie. Je vous laisse ici quelques pistes pour commencer :

Introduction à la méthodologie 4-D

Le site de la NASA sur la méthodologie 4-D


Auteur: Steve Harris

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

%d bloggers like this: