Les smartphones au travail : une décennie de productivité (et beaucoup de textos personnels)

Il y a dix ans, le 29 juin 2008, Apple a lancé le premier iPhone. Cette démarche audacieuse visant à prendre la place de marques déjà établies sur le marché de la consommation mobile, telles que Nokia et Research in Motion, le fabriquant de BlackBerry, déclencha aussitôt un mouvement nommé « consumérisation », et eut un immense impact sur les entreprises et les professionnels de l’informatique.

Alors qu’auparavant, les professionnels de l’informatique exerçaient un contrôle strict (ou du moins l’essayaient) sur les périphériques utilisés pour accéder aux ressources et aux données de l’entreprise, l’afflux soudain d’iPhones sur le lieu de travail – que ce soit ouvertement ou non – a créé de nouveaux défis de sécurité et contribué à l’essor des plate-formes de gestion des périphériques mobiles.

La consumérisation repose sur deux hypothèses:

  1. Les employés d’une entreprise sont plus productifs et plus heureux lorsqu’ils ont la possibilité d’utiliser les outils de leur choix pour faire leur travail.
  2. Permettre aux employés d’utiliser leurs propres smartphones (à travers des programmes BYOD) peut faire économiser de l’argent à l’entreprise.

Si cette dernière hypothèse est acceptée, la première est le sujet d’un débat qui est encore en cours. Dans un sondage de Frost & Sullivan publié en août 2016, les travailleurs d’entreprises américaines ont déclaré que leurs smartphones augmentaient leur productivité de 34%, en moyenne.

Cependant, un sondage de CareerBuilder dévoilé deux mois avant celui de Frost & Sullivant affirmait que l’utilisation des smartphones était une source majeure de distraction et de paresse dans le milieu de travail, se plaçant même avant Internet, le bavardage, les réseaux sociaux et les visites de collègues de travail. En tête de la liste des activités de laisser aller sur les smartphones se trouvaient les textos personnels, la météo (vraiment ?) et les actualités.

Plus récemment, Larry Alton, un collaborateur de Forbes, est arrivé à la conclusion que les smartphones peuvent bénéficier à l’entreprise si des politiques et directives fortes et claires étaient établies. Difficile d’être en désaccord avec cela, spécialement quand il est question de sécurité. Même avec leurs propres appareils, les employés peuvent se montrer négligents. Des téléphones qui manquent d’éléments de sécurité fondamentaux tels que des codes d’accès peuvent, s’ils sont perdus ou volés, mettre en danger les données de l’entreprise.

Puisqu’il faut prendre parti, mon avis est que les smartphones ont un effet positif en entreprise, principalement parce qu’ils offrent une flexibilité accrue qui influe directement sur la productivité. Les gens trouveront toujours un moyen de décrocher et de perdre du temps. Cela ne justifie pas le fait de maintenir un outil de productivité aussi puissant (et familier) hors de la portée des employés.

Comment les smartphones affectent-il votre entreprise ?

 

Auteur : Chris Nerney

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: