Santé : Relever le défi des données fragmentées

Par Cécile Mico, responsable du développement commercial du marché Santé et Vincent Planat, architecte et expert en technologies Santé, DXC Technology

Fragmentation des systèmes d’information, silos de données… les défis ne manquent pas pour les organismes de santé français, et les freinent dans la modernisation de leurs pratiques. Les précieuses archives, telles que les notes de médecins spécialistes ou d’autres professionnels de santé, sont certes saisies et recueillies dans des bases de données mais demeurent sous-utilisées. Pourtant, à l’ère de la médecine personnalisée (ou médecine de précision), une telle information joue un rôle clé dans la prise de décision clinique et thérapeutique.

Les organismes de santé en sont conscients : il est aujourd’hui possible de mieux utiliser ces données pour améliorer les programmes de traitement et acquérir des connaissances pour améliorer les soins personnalisés et la santé de la population. La première étape consiste, pour autant, à s’attaquer au défi des silos de données. Comment ? En connectant les systèmes et en agrégeant les données dans une plateforme unique où chaque praticien pourra accéder et à partir de laquelle il pourra extraire les informations nécessaires.

Pour la plupart des organisations du secteur, c’est un obstacle difficile à surmonter en raison du grand nombre d’applications d’aide à la décision clinique, tout aussi distinctes qu’hétérogènes, car historiquement développées pour chaque domaine ou spécialité. En rationalisant le flux de travail au sein d’une plateforme unique, les organismes de santé seront mieux placés pour adopter une approche centrée sur le patient en matière de soins de santé.

La problématique des grands organismes de santé est de savoir comment mieux agréger les applications et les données.

L’approche traditionnelle (analytique/BI) consiste à extraire les informations provenant de différents systèmes, les transformer dans un format commun de données, les charger dans un système central puis à développer des applications de visualisation. Mais dans le contexte des soins de santé, le grand nombre de formats sources à intégrer ralentit significativement cette approche, impliquant beaucoup d’efforts et peut être difficile à maintenir avec une perte de flexibilité.

Une approche innovante et disruptive que la plateforme Open Health Connect a adoptée consiste à collecter toutes les données provenant des différents silos en un seul endroit, quel que soit le format (technologies NoSQL), puis à les aligner sur une terminologie médicale standard qui débouche sur une indexation approfondie de nouvelle génération. Les utilisateurs sont alors en mesure d’effectuer des recherches couvrant tout le spectre de données du patient pour générer des visualisations mises en jour en temps réel.

Mais une telle plateforme va beaucoup plus loin en permettant aux organismes de santé d’intégrer d’autres solutions ou applications analytiques spécialisées dans des domaines fonctionnels qui requièrent une forte recherche amont et employant des algorithmes d’intelligence artificielle spécifiques.

Dans ce contexte, l’adoption d’une approche flexible et intégrée est indispensable, pour s’adapter à la transformation de l’environnement digital de la santé et à l’explosion des données issues de l’Internet des objets.

Plus important encore, le développement de solutions analytiques doit être le résultat d’un effort multidisciplinaire trop souvent négligé. Faire collaborer statisticiens, ingénieurs, experts informatiques et médecins, c’est s’assurer que chaque application est bien adaptée à l’objectif et sera opérationnelle rapidement.

Les organismes de santé reconnaissent aujourd’hui la valeur d’une plateforme intégrée leur permettant d’utiliser ces données. Le défi consiste à trouver les moyens de faire progresser les objectifs de la médecine personnalisée et de répondre aux besoins de santé des populations tout en réduisant les coûts.


DXC Technology est partenaire des 36 heures Chrono IDF le jeudi 14 décembre. Dernière étape de la campagne “Faire avancer la santé numérique” #FASN à Paris. DXC sponsorisera le Lab 6 “Intelligence artificielle et données de santé”.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

%d bloggers like this: