Automobile : 3 questions qu’il faut se poser sur le développement de logiciels agiles

La transformation digitale du secteur automobile est spectaculaire, dans ses deux facettes. Sur la route, d’une part, avec de nouveaux modèles équipés d’accessoires technologiques. Dans les usines, d’autre part, où l’Internet des objets, la robotique et l’intelligence artificielle ne cessent d’améliorer la production des véhicules.

Les tendances de consommation évoluent également : les conducteurs sont à la recherche de nouveaux modèles de propriété. En effet, devenir propriétaire de son véhicule n’est plus une fin en soi. Les conducteurs d’aujourd’hui peuvent voyager en bus puis en train, faire un covoiturage de 100 km, déposer le véhicule, et enfin prendre le métro pour arriver à leur destination finale. Ces tendances émergentes de consommation rendent le modèle de distribution traditionnel (vente en concession) dépassé.

Tout ceci exerce une grande pression sur les constructeurs automobiles et les éditeurs de logiciels afin de répondre rapidement aux besoins des clients et faire face aux services des concurrents. Les éditeurs de logiciels ont besoin d’utiliser des techniques de développement agile pour relever ces défis.

Voici trois questions que les entreprises doivent se poser pour savoir comment leurs équipe de développement logiciel peuvent s’adapter à cette nouvelle façon de développer des applications :

  1. Quels changements culturels sont requis ? Pendant des années, les fournisseurs de logiciels des constructeurs automobiles fonctionnaient à peu près comme les forces armées, selon un modèle de commandement et de contrôle hiérarchisé. Aujourd’hui, les entreprises ont besoin de créer des équipes flexibles issues de différentes disciplines qui seront impliquées dès le début dans le développement du produit. Pour que cela fonctionne, tout le monde doit contribuer et tout le monde a son mot à dire vis-à-vis du produit fini. L’ancien capitaine des forces navales américaines David Marquet, lors d’une célèbre intervention, a expliqué qu’au lieu de demander à tous ses hommes de suivre aveuglément ses ordres, il laissa les marins prendre des décisions relatives aux tâches qu’ils accomplissaient. Le capitaine qui se trouve au sommet de la chaine de commandement n’a plus qu’à prendre alors la décision finale, celle de faire feu. Ces changements culturels ont valu à son groupe des notes élevées au cours d’inspections et David Marquet dirige maintenant un fructueux cabinet de conseil. On peut apprendre beaucoup de cette approche en faisant en sorte que les équipes qui contribuent n’aient pas peur de prendre des décisions. Après tout, les codeurs sont les plus à même de savoir ce qu’ils font.
  2. L’entreprise est-elle prête à changer sa structure et ses procédures ? Par le passé, un logiciel était développé progressivement et les membres de chaque groupe de travail interagissaient entre eux souvent trop tard. Dans un modèle agile, les équipes sont impliquées aussi bien dans la conception, le développement et les tests. Les préoccupations et problématiques sont abordées en amont du projet pour éviter tout dysfonctionnement tardif.
  3. Quels résultats les entreprises peuvent-elles concrètement attendre d’un développement agile ? En mettant en œuvre une organisation agile, les entreprises peuvent rester flexibles au fur et à mesure que les exigences changent tout en améliorant les délais de commercialisation. Au lieu de déployer des produits complets, les logiciels peuvent être développés en modules plus petits. Cela se traduit par moins de bogues et par la connexion progressive de ces modules.

Souvent, les entreprises ne savent pas comment amorcer le changement dans le développement de leur organisation. Trop impliquées dans l’opérationnel, elles ont besoin d’une équipe de consultants expérimentés pour les amener à regarder l’organisation sous un angle nouveau. Fort de son expérience auprès de groupes multinationaux, DXC peut vous aider à former des équipes de développement réparties au sein de toute votre organisation, depuis le siège social aux sites les plus éloignés.

Auteur: Enrico Stark

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: