Les Fintech donnent le pouvoir aux femmes

woman-at-computer

Xchanging, une société de DXC Technology, détient une longue expérience en matière de prestation de services dans le secteur de l’assurance. L’entreprise transforme notamment la documentation 100% papier de l’un des plus vieux marchés de Londres en une machine à la pointe de la technologie numérique.

Quand nous comparons nos données avec celles de la plupart des fournisseurs de services d’externalisation (ITO et BPO), et en prenant en compte la nature administrative de ces services, nos résultats en matière de promotion de la diversité sont très honorables, aux plus hauts échelons de l’entreprise. Cependant, aux niveaux inférieurs de l’organisation, nous avons bien du mal à retrouver nos collègues féminines. Si les raisons de ce problème sont largement débattues, nous devons pour autant y remédier et, de mon point de vue, il est bon de commencer à « coacher » nos cadres intermédiaires pour les aider à prendre en main leur carrière et combler leurs éventuelles lacunes.

63 milliards d’euros (56 milliards de livres) de réclamations traitées, 64 millions d’enregistrements stockés numériquement et plus de 77 millions de messages échangés entre les systèmes avec un engagement de service (SLA) de 99,6% – ce sont quelques-unes des statistiques impressionnantes fournies par Xchanging pour le compte du marché londonien de l’assurance.

Pour autant, ces performances ne sont pas celles auxquelles nos collègues féminines font référence lorsqu’elles parlent de leur travail. Souvent, elles éprouvent des difficultés à quantifier leurs réalisations, s’interrogent sur l’intérêt que le marché peut porter à ce qu’elles ont à dire et pensent que le maintien du fragile équilibre travail/maison est source de pression constante et d’épuisement.

Les priorités placées en tête de liste par les hommes (telles que « comment vais-je obtenir ma prochaine promotion ?»), sont généralement reléguées au bas de la liste par les femmes. Ce n’est pas un reproche, c’est tout simplement un fait. Les femmes « ne savent pas ce qu’elles ne savent pas ». On peut résumer ceci, pour reprendre un vieux refrain managérial,  de « l’incompétence inconsciente ».

Ainsi, chez Xchanging, nous avons décidé de mieux soutenir nos collaboratrices. Nous avons organisé une formation avec notre partenaire, Skillsoft, et chaque participante en est ressortie plus consciente et autonome. Cette formation est un succès car elle rassemble des femmes de tous horizons pour discuter de choses que nous serions toutes un peu gênés d’aborder devant un homme. Comment fonctionne un bilan ? A quoi ressemble un bon post sur les réseaux sociaux ? Comment puis-je trouver un sponsor ? Comment valoriser mes réalisations plutôt que ma fonction ? Comment passer à l’étape suivante et comment parvenir à trouver un équilibre entre les exigences de mon travail et celles de ma famille ? Il n’y a pas vraiment de mode d’emploi standard, mais débattre des options dans un environnement sûr semble pour nos collègues leur donne les clés pour s’émanciper.

À titre très personnel, j’avoue avoir pris conscience très tôt de l’opportunité que s’offrait à moi d’élargir mon propre réseau et de voir ce qui se faisait ailleurs. C’est ensuite devenu une passion lorsque j’ai réalisé à quel point cela pouvait être puissant. Accepter la diversité ne suffit pas, ce qu’il faut vraiment est un environnement qui favorise le progrès dans ce domaine. Inspirée par les premiers résultats, j’ai donc dirigé une deuxième formation avec des segments complémentaires tels que la gestion, les réseaux sociaux et les finances. Les retours enthousiastes furent ma récompense.

Gagner récemment une place sur la liste Woman in Fintech Power List  est une cerise sur le gâteau. La liste fait la part belle aux acteurs du changement ainsi qu’aux modèles de référence du secteur au Royaume-Uni. Les femmes nommées sont toutes des leaders d’opinion dans leurs domaines respectifs et changent l’image de nos conseils d’administration. Faire partie de la promotion 2017 est un énorme privilège, et ce fut un excellent moyen de partager les progrès que nous faisons dans notre entreprise.

L’avenir s’annonce prometteur pour les dirigeantes de DXC Technology. Avec une nouvelle confiance et une sensibilisation accrue, nos collègues deviennent de plus en plus visibles, entendues et averties. Des chefs d’entreprise comme Inga Beale, CEO du marché de l’assurance Lloyd’s of London, font activement la promotion de la diversité à tous les niveaux et le secteur dans son ensemble démontre un intérêt pour la promotion des femmes notamment dans la technologie. Nous ne pouvons pas changer les préjugés, mais nous pouvons prendre en main notre destin. Et je sais que les femmes qui ont suivi cette formationsont armées et préparées à changer le monde des Fintech.

Auteur : Nikki Wilton est directrice des ventes mondiales de Xchanging, une société de DXC Technology. Elle est l’une des principales fondatrices de l’initiative «Women in Action» de Xchanging / Skillsoft. Motivée par les résultats du cours, Nikki promeut et dirige ce programme à l’échelle mondiale pour les femmes déterminées au sein de Xchanging et DXC.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

%d bloggers like this: