Une solution à fort potentiel pour alimenter les capteurs de IoT.

anthropomorphic-light-bulb

L’Internet des objets (IoT) permet aux entreprises d’accéder à des quantités sans précédent de données pour analyser les préférences des clients, suivre et gérer les stocks, superviser les équipements, etc.

Mais l’IoT représente également un redoutable défi de gestion pour les responsables informatiques. Les DSI doivent non seulement s’inquiéter de la sécurisation et de l’intégration des appareils IoT dans leurs réseaux, mais ils sont également responsables du bon fonctionnement des capteurs IoT. Et quand vous évoquez des centaines, des milliers, voire des millions de capteurs situés au siège, en transit ou dans les équipements à distance, le problème apparaît comme insurmontable.

Après tout, que faites-vous quand la batterie d’un capteur IoT se décharge ? L’envoi d’équipes pour remplacer les batteries usées de ces capteurs serait prohibitif. Tout à coup, l’IoT ressemble à un épuisant cauchemar logistique.

Dans un article publié dans Network World, Patrick Nelson suggère une solution potentielle pour la gestion de l’alimentation, celle de s’assurer que les capteurs IoT ne consomment plus du tout d’énergie lorsqu’ils ne sont pas actifs.

“Une façon de faire est d’imiter éventuellement le modèle de la radio : la radio n’émet que lorsqu’on allume son capteur”, souligne Patrick Nelson. “Cette méthode pourrait réduire considérablement le besoin d’énergie des appareils IoT, déclarent les scientifiques, parce qu’une radio en attente d’alerte consomme moins d’énergie que les actuels capteurs, en veille ou non. Le capteur lui-même étant complètement inactif.”

Le problème de cette solution, selon lui, est la taille requise de l’antenne du capteur pour qu’elle soit fonctionnelle, et qui pourrait rendre par conséquent le matériel trop grand pour être véritablement utile. Heureusement, dit-il, des chercheurs de l’université de Stanford ont une solution. Stanford News fournit l’explication :

Angad Rekhi, un étudiant diplômé du laboratoire Arbabian de Stanford, et Amin Arbabian, professeur adjoint de génie électrique, ont développé un récepteur réveil capable d’allumer un appareil répondant à des signaux ultrasoniques entrants – signaux qu’aucun humain peut détecter.

Une fois connecté à un appareil, le récepteur réveil « entend » un motif ultrasonique unique qui lui dicte d’allumer l’appareil. Il n’a besoin que d’une très petite quantité d’énergie pour maintenir cette écoute constante, de sorte qu’il économise beaucoup moins d’énergie et prolonge ainsi la durée de vie de la batterie. Un récepteur réveil bien conçu permet également d’allumer l’appareil à une distance significative.

Nous ne savons pas quand la technologie de récepteur « réveil » par ultrasons sera disponible pour un réseau IoT près de chez vous, mais quand celle-ci le sera, elle devrait réduire considérablement le coût et les préoccupations concernant la capacité des capteurs à faire leur travail de collecte et de transmission de données d’entreprise profitables.

Auteur : Chris Nerney

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: