Être véritablement acteur de votre transformation digitale

climber

Entamer une transformation digitale est compliqué, quel que soit le stade d’avancement de la transformation. Le point central dans la réussite de ce processus est d’avoir une bonne compréhension du rapport de votre entreprise à la technologie et de la manière de travailler de vos employés. – puis utiliser la réflexion ainsi menée pour élaborer un environnement de travail autonome.

Dans un récent rapport, l’Information Services Group (ISG) a distingué cinq modèles différents d’entreprises. Nous allons ici en explorer deux, l’entreprise « en improvisation constante » et l’entreprise « en transformation ». Je parlerai des trois autres modèles (cloud-compatible, digitale et sourçage de nouvelle génération)  de manière plus détaillée dans d’autres billets de blog, mais vous pouvez en avoir un aperçu, ainsi que du rapport de l’ISG dans ce post. Cinq modèles d’entreprises : lequel vous correspond ?

L’entreprise « en improvisation »

Si votre entreprise fait partie de ce groupe, l’informatique y est souvent vue comme un poste de dépense, plutôt que comme un générateur de valeur ajoutée. Dans certains cas, la valeur d’un outil peut être comprise, mais seulement par la lorgnette du retour sur investissement. L’informatique dans ces entreprises fonctionne généralement en silos et est déconnectée de l’activité économique. La transformation de l’espace de travail n’est menée que dans le cas de circonstances exceptionnelles, telles qu’une fusion d’entreprises ou une expansion géographique.

Ceci n’est pas l’modèle idéal pour la transformation digitale. En technologies de l’information, le vieil adage qui consiste à dire « tant que ça marche, n’y touche pas » peut être désastreux, et ne jamais changer de cap est rarement profitable. Inévitablement, les utilisateurs contourneront l’informatique de l’entreprise jugée trop lente, et il s’ensuivra l’apparition de poches de « shadow IT », menant à des pertes de productivité, ou pire, à des failles de sécurité.

L’entreprise « en transformation »

Cette entreprise a ceci de commun avec celle décrite plus haut qu’elle a la même vision de l’informatique, à savoir comme un poste de dépense. La différence fondamentale est que l’entreprise en transformation va prendre des initiatives de transformation de l’environnement de travail pour rompre avec cette vision. Ce type d’entreprise a souvent conscience des dangers amenés par son infrastructure existante et entreprend des transformations pour en minimiser l’impact.

Une transformation adaptée à votre modèle

Les deux modèles nécessitent une feuille de route particulière. C’est surtout vrai pour les entreprises en improvisation car elles risquent de ne jamais identifier complètement le potentiel d’une initiative de transformation digitale, même si elles l’entreprennent. L’avantage des entreprises en transformation est qu’elles voient l’automatisation et le service à la demande comme des priorités, et pensent que les systèmes automatisés peuvent correspondre aux besoins de l’employé. Effectuer ces transformations permet aux processus informatiques d’être proactifs et invisibles, résolvant les problèmes avant qu’ils affectent l’utilisateur ou l’entreprise.

DXC est familier de ces deux modèles, et nous apprécions l’opportunité d’aider les clients à se débarrasser des barrières mentales qui les empêchent de mener leur transformation digitale.  Par exemple, l’un de nos clients utilisait le système Lotus Notes pour les emails, la collaboration et la messagerie instantanée. Ce système, ainsi que ces fonctionnalités, était clairement dépassé. Les boîtes email avaient des problèmes récurrents, le partage d’écran n’était pas possible, et la sauvegarde des messages était coûteuse. Quand un nouveau directeur de la technologie a été engagé, la compagnie a convenu avec lui qu’il était temps d’abandonner Lotus Notes. DXC a aidé l’entreprise à migrer du système hérité au système Office 365, et a ainsi aidé la compagnie à sauter le pas du changement. Maintenant, cette même compagnie est capable de mettre à profit les technologies émergentes les plus modernes pour continuer sur le chemin de sa transformation digitale.

Donc, avez-vous une entreprise en improvisation ou en transformation ? Peut-être ne rentre-t-elle dans aucune de ces deux catégories ?

Ou peut-être en êtes-vous encore au stade de savoir ce qu’une transformation digitale signifie pour vous. Un bon point de départ est de lire le rapport du ISG, ainsi que de suivre notre série de billets sur le sujet dans ce blog. Restez attentifs, car nous allons aborder l’modèle « cloud-compatible » dans le prochain post.


Maria-Pardee-headshotMaria Pardee est vice-présidente des ventes et directrice générale chez DXC, en charge des offres Environnement de travail et Mobilité. Maria a occupé de nombreuses responsabilités dans des entreprises internationales de conseil technologique. Plus récemment, elle a occupé les positions de CIO chez BT et vice-présidente en charge des grands comptes chez Alcatel-Lucent. Ses activités de prédilection avec ses clients ont été la transformation du bilan financier, l’alignement de l’informatique avec les activités essentielles de l’entreprise, et l’élaboration de programmes de technologies de l’information de grande échelle. Elle a été reconnue comme un leader du secteur des sciences et technologies de l’information par ComputerWorld et nommée par le Financial Times comme l’une des femmes les plus influentes dans le domaine.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: